Vous êtes ici : AccueilDirections GénéralesLa Direction Générale de la Famille, de la Femme et de l'Enfant

La Direction de la Promotion de la Famille, de la Femme et des Activités Socio-Economiques

La Direction de la Promotion de la Famille, de la Femme et des Activités Socio-Economiques, a pour mission principale la protection de la famille et la promotion économique des femmes.

I – PRESENTATION

1.1- Attributions de la Direction

La Direction de la Promotion de la Famille, de la Femme et des Activités Socio-Economiques est chargée de :

- promouvoir les valeurs et les vertus de la famille ;
- concevoir et mettre en œuvre des actions pour le bien-être familial ;
- promouvoir la création des activités génératrices de revenus tant en milieu rural qu’en milieu urbain ;
- coordonner et harmoniser les opérations socio-économiques mises en œuvre par le Ministère ;
- promouvoir la création, le renforcement et l’encadrement des groupements féminins en liaison avec les Ministères concernés ;
- développer l’accessibilité des groupes vulnérables au microcrédit et susciter la mise en place des Institutions de Microfinance.

1.2- Organigramme

Elle comprend trois (03) Sous-Directions :

- la Sous-Direction de l’Action Familiale;
- la Sous-Direction de la Promotion de l’Entreprenariat Féminin ;
- la Sous-Direction de l’Encadrement et de l’Assistance aux Organisations Féminines.

Pour accomplir la mission qui lui est assignée, la Direction de la Promotion de la Famille, de la Femme et des Activités Socio-Economiques dispose d’un certain nombre de services d’une part et d’autre part d’un personnel diversifié et pluridisciplinaire intervenant sur l’ensemble du territoire national et particulièrement en milieu rural.

La Direction est composée des Sous-Directions et des Services suivants :

1-2-1- Le Service des Projets

Rattaché à la Direction et en collaboration avec les Sous-Directions, le Service des Projets est chargé de la conception, de l’élaboration et de l’exécution des projets initiés par la Direction, ainsi que par les autres Ministères et structures techniques.

1-2-2 - La Sous-Direction de l’Action Familiale

Chargée de susciter la cohésion familiale et de promouvoir le respect des valeurs fondamentales au sein de la Famille, la Sous-Direction de l’Action Familiale comprend les services suivants :

- le Service d’Appui au Renforcement de la Cohésion Familiale ;
- le Service d’Appui au Respect des Droits et des Valeurs Morales des
Familles.

1-2-3- La Sous-Direction de la Promotion de l’Entreprenariat Féminin

Chargée d’identifier les besoins socio-économiques des familles et des femmes, les secteurs porteurs et les opportunités d’emploi et les sources de financement, la Sous-Direction de la Promotion de l’Entreprenariat Féminin comprend les services suivants :

- le Service d’Appui au Renforcement des Capacités ;
- le Service d’Appui aux Initiatives Entreprenariales des Femmes.

1-2-4- La Sous-Direction de l’Encadrement et de l’Assistance aux Organisations Féminines

Chargée de susciter la création, d’assurer le renforcement et l’encadrement des groupements, des coopératives et des organisations féminines, la Sous-Direction de l’Encadrement et de l’Assistance aux Organisations Féminines comprend les services suivants :

- le Service de l’Encadrement des Coopératives et des Organisations
Féminines ;
- le Service de l’Animation Rurale et des Garderies.


II – MOYENS DE LA DIRECTION

2.1- Moyens matériels

Ils se composent de 6 motos dont une ne fonctionne pas servant d’engins de travail aux Animatrices et Animateurs Ruraux, de matériels informatiques et de mobiliers.

La Direction ne dispose pas de véhicules.

2.2 Moyens humains

La Direction a un personnel diversifié composé de :
- Administrateur des Services Financiers ;
- Inspecteurs d’Education Spécialisée ;
- Ingénieur Agronome ;
- Professeur d’Education Permanente ;
- Educateurs Spécialisés, Educateurs Préscolaires ;
- Assistant des Productions Végétales et Animales (APVA) ;
- Animatrices et Animateurs Ruraux ;
- Adjoints Administratifs ;
- Secrétaires.

De ce personnel diversifié, les Animatrices et Animateurs Ruraux constituent un maillon incontournable de la Direction, voire du Ministère de la Famille, de la Femme et de l’Enfant pour l’encadrement des femmes surtout en milieu rural sur le terrain par ce personnel au nombre d’une soixantaine.

Elles mènent des actions d’éducation, de sensibilisation, de formation, d’information et d’encadrement des familles, de femmes et des enfants tant en milieu rural qu’en milieu urbain. Ce sont des agents de développement par excellence.

Leurs actions portent sur les activités socio-sanitaires (hygiène du milieu de l’habitat, hygiène corporelle, alimentaire, construction de foyers améliorés, etc…), économiques (constitution de groupements, incitation à la réalisation d’activités génératrices de revenus, etc…) et sur les activités à savoir le renforcement des capacités des femmes, éducatives (alphabétisation, formation en gestion coopérative, en comptabilité simplifiée, etc…).

III – ACTIVITES DE LA DIRECTION

Les activités de la Direction se situent à deux (02) niveaux :

3.1 - Au titre de la Promotion de la Famille

Les activités portent essentiellement sur :

- les actions de sensibilisation et d’information sur le bien-être familial, l’hygiène environnementale, nutritionnelle, corporelle et la santé (suivi de la vaccination, la planification familiale, la protection maternelle et infantile…) ;
- la formation des familles en matière d’hygiène familiale et environnementale ;
- l’initiation des familles aux actions sanitaires et sociales (construction d’infrastructures socio-sanitaires, mise en place de comités d’hygiène) ;
- les actions de promotion de la préservation de la cohésion familiale et du respect des valeurs fondamentales au sein de la famille ;
- l’organisation de la Journée Internationale de la Famille le 15 Mai ;
- l’organisation de la Caravane de la Famille.

Il est à noter qu’il est stipulé dans le décret portant organisation du Ministère de la Solidarité, de la Famille, de la Femme et de l’Enfant, la Direction de la Promotion de la Famille, de la Femme et des Activités Socio-Economiques assure le Secrétariat de la Commission Nationale de la Famille et de l’Action Sociale :

Cette commission est chargée de :
- assister le Gouvernement dans la définition de la politique en matière de
famille et d’action sociale ;
- donner des avis ou formuler des recommandations sur toutes questions
relatives à la famille et à l’action sociale.

3.2 - Au titre de la Promotion économique des femmes

Les activités à ce niveau portent essentiellement sur les actions de sensibilisation, de formation, d’encadrement des femmes et d’appui matériel et financier à savoir :

- la sensibilisation des femmes au regroupement, à l’épargne, à la réalisation d’activité génératrice de revenus ;
- la formation des femmes à la gestion coopérative, à la comptabilité simplifiée, aux techniques de production, de transformation et de conservation des produits et à l’esprit entrepreneurial ;
- l’appui et le suivi des activités des femmes sur le terrain ;

- la formation des femmes à la construction et à l’utilisation des foyers améliorés avec la sensibilisation sur la protection de l’environnement ;
- l’organisation de la Journée Mondiale de la Femme Rurale le 15 Octobre.

IV – AUTRES ACTIVITES

4.1 – Les garderies d’enfants

Pour l’allègement des tâches des femmes en vue de la réalisation des activités génératrice de revenus, il existe des garderies d’enfants.

Anciennement appelées « garderies villageoises », ce sont des structures constituées par des locaux aménagés afin de recevoir des enfants de 2 à 6 ans. Placées sous la responsabilité d’une Animatrice Rurale ou d’un Educateur Préscolaire, elles ont pour mission de recevoir les enfants de 2 à 6 ans, de les occuper sainement à travers des jeux, de vérifier leur état de santé par le contrôle de leur aspect physique, leur régime alimentaire et leur carnet de santé.

En procédant ainsi, les mamans sont temporairement dégagées de la gestion de leurs progénitures. Le temps leur permet de vaquer librement à d’autres occupations notamment l’initiation d’activités génératrices de revenus. Le fait d’avoir d’autres sources de revenus, permet aux femmes de s’épanouir davantage et de contribuer activement à assurer de meilleures conditions d’existence pour leur famille.

La gestion des garderies au niveau local se fait de façon concertée avec la communauté villageoise. L’Animatrice Rurale ou l’Educateur Préscolaire est agent de l’Etat. Il est secondé par un ou une auxiliaire désigné par la communauté. Cet auxiliaire reçoit un intéressement décidé par le comité de gestion mis en place par la communauté. Par ailleurs, les contributions matérielles et/ou financières décidées par la communauté sont gérées par ce comité.

Le Ministère de la Solidarité, de la Famille, de la Femme et de l’Enfant a créé sept (7) garderies qui sont :

- Vieil Aklodj à Dabou
- Vieux Badien à Dabou
- Adjamé-Bingerville à Bingerville
- Toumanguié à Aboisso
- Kouto à Boundiali
- Gbahiri à Lakota
- Memni à Alépé.
Seules les garderies de Vieil Aklodj et Toumanguié sont fonctionnelles.

4.2 - Projet de Gestion Novatrice du Fonds National « Femmes et Développement »

En 1994, face à la situation économique préoccupante de la zone Franc et aux limites du processus de l’ajustement interne mis en œuvre dans les pays respectifs, la décision historique a été prise à l’unanimité par les Chefs d’Etat de modifier la parité du francs CFA par rapport au franc français.

Pour réduire les coûts sociaux de cette dévaluation du franc CFA et permettre à un grand nombre possible d’Ivoiriens de s’insérer dans la vie active, à travers la création d’emplois salariés au profit d’autres Ivoiriens, le Gouvernement a créé les Fonds Sociaux Nationaux dont le Fonds National «Femmes et Développement».

Les résultats des premières années ont révélé les limites et les faiblesses des structures de gestion de ce fonds mises en place à cette époque, limites dues surtout à un manque de professionnalisme.

Le Ministère de la Solidarité, de la Famille, de la Femme et de l’Enfant a jugé opportun d’envisager une approche stratégique qui cumulerait le professionnalisme et l’expérience des acteurs du secteur de la Microfinance dans le mécanisme de fonctionnement du Fonds National «Femmes et Développement», afin de répondre aux besoins de réinsertion socio-économique des femmes en période post-crise et aux difficultés d’accès aux crédits qu’elles rencontrent.

Traduite donc en Projet de Gestion Novatrice, la nouvelle vision du fonctionnement du Fonds National «Femmes et Développement» est dotée d’un cadre institutionnel d’opérationnalisation qui est composé :

- d’un Comité de Supervision du Projet, CSP ;
- d’une Structure d’Appui Technique, SAT ;
- des Systèmes Financiers Décentralisés (SFD).

Les Systèmes Financiers Décentralisés sont les Structures d’exécution du projet sur le terrain. Ils ont la charge de redistribuer les ressources mises à leur disposition sous forme de crédit à un taux bonifié de 2 %, aux femmes selon les clauses de la Convention signée avec le Ministère de la Solidarité, de la Famille, de la Femme et de l’Enfant.

Cette redistribution des ressources aux femmes, dans le cadre du projet, se fait au taux d’intérêt de 12 % et sans épargne préalable, contrairement aux conditions usuelles d’accès aux crédits pratiquées par les Systèmes Financiers Décentralisés.

4.3 – Les Journée Statutaires

Les journées statutaires relevant de la DPFFASE sont au nombre de trois (03).

Il s’agit de :

- la Journée Internationale de la Famille : 15 mai :
- la Journée Internationale des Coopératives : chaque premier samedi du mois de juillet ;
- la Journée Mondiale de la Femme Rural : 15 octobre.

4.4- Projets de développement intégré

Depuis de nombreuses années, la Direction participe activement, pour le compte du Ministère, à la conception de la mise en œuvre de projets et programmes de développement en faveur de la population en général et en particulier des femmes.

A ce titre initié par le Ministère de l’Agriculture, elle a participé successivement aux deux phases du projet Katiola-Dabakala puis au projet PACIL, à une phase du projet Nord-Est et une phase de projet Zanzan, au PLDA et du PADERLAC.

4.5 – Antenne Nationale du Réseau des Organisation des Opératrices Economiques des pays membre de l’UEMOA (ANAROOE-CI)

Suite aux recommandations du Conseil des Ministres de l’UEMOA, réuni en sa Session Ordinaire du 17 septembre 2004à Lomé au Togo et à la demande la Commission de l’UEMOA, le Ministère de la Solidarité, de la Famille, de la Femme et de l’Enfant, par le biais de la Direction de la Promotion de la Famille, de la Femme et des Activités Socio-Economiques, a mise en place en 2005 l’Antenne Nationale du Réseau des Organisation des Opératrice Economiques des pays membre de l’UEMOA, ANAROOE-CI.

La création de ce Réseau par la Commission de l’UEMOA s’inscrit dans le cadre de ses actions de promotion et de renforcement des Organisation des Opératrices Economiques.