Vous êtes ici : Accueil

Prises en charge des OEV: Le ministère réadapte sa stratégie aux nouvelles réalités du terrain.

jeudi 28 septembre 2017 18:21

Le Professeur Kouame N’guessan,  Chef de Cabinet au Ministère de la Femme, de la Protection de l'Enfant et de la Solidarité, a ouvert le lundi 25 septembre 2017 à Yamoussoukro, un atelier sur la révision du document de politique nationale de soins et soutien aux orphelins et autres enfants rendus vulnérables du fait du VIH Sida et leurs familles).

 Après sept années de mise en œuvre de l'ancien programme, il est maintenant question de réfléchir sur les nouvelles orientations du PN-OEV afin de maximiser la prise en charge des OEV. Pour cela, l'implication de tous les maillons est indispensable selon Docteur Amethier, directrice du PN-OEV. Dans l'ancien programme, les jeunes filles et enfants n'étaient pas suffisamment pris en compte. Nous allons intégrer toutes les questions liées à leur santé, leur éducation, leur protection afin de faire baisser le taux national. D'où une synergie d'action des ministères concernés. Surtout, il faut que nous travaillions à l'autonomisation des familles des OEV" a-t-elle expliqué.

 

Depuis 2005, le Gouvernement américain à travers le Centre pour le Contrôle et la Prévention des Maladies (CDC), apporte un  appui au Programme National dans la prise en charge des OEV. La représentante pays du CDC promet plus de soutiens aux OEV et à leurs familles à travers des actions renforcées pour leur épanouissement : “Malgré l'appui des partenaires, l'aide apportée reste insuffisante au regard des objectifs à atteindre. Il est de 13%. ‘’ A-t-elle soutenu

 Le Chef de Cabinet du Ministère en charge de la Protection des enfants s’est voulu rassurant quant à la prise en charge des OEV.  ‘’ L’État n'est pas insensible à la question des prises en charge des OEV. Ces enfants sont pour la plupart confrontés à des problèmes multiformes qui mettent  à mal leurs droits élémentaires. Il est du devoir du Ministère, surtout du Gouvernement, de veiller à leur bien-être. Après cet atelier un plaidoyer sera fait afin d'augmenter l'enveloppe allouée pour leur prise en charge", a expliqué le professeur           Kouame N’Guessan

Avec une séroprévalence de 3.7% selon une étude menée par EDS MICS de  2011 à 2012, la Côte d'Ivoire compte environ 476 391 OEV. Durant cet atelier, les participants se pencheront aussi sur l'appui à apporter aux travailleurs sociaux afin que ces derniers, qui sont en contact avec les OEV, soient plus efficaces dans la mise en œuvre de leur mission sur le terrain.