Imprimer cette page

Violences sexuelles en période de conflit : sortie de la liste noire, la Côte d’Ivoire encouragée à poursuivre ses efforts.

jeudi 12 octobre 2017 19:31

 

Une équipe d’Experts juridiques, spécialistes de violences sexuelles liées au conflit du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD),  a eu une séance de travail  le mardi 10 octobre 2017,  avec le Professeur Mariatou Koné, Ministre de la Femme, de la Protection de l’Enfant et de la Solidarité entourée de certains de ses collaborateurs.

Innocent Balemba Zahinda à la tête de cette équipe du PNUD a dit être venu réitérer l’engagement des Nations Unies à appuyer les efforts de la Côte d’Ivoire dans sa lutte contre les violences sexuelles liées au conflit. En effet, la Côte d’Ivoire est le premier pays retiré de la liste ‘’noire’’ des pays dont les forces armées sont auteurs de crimes et de violences sexuelles : « C’est une avancée à saluer. Cependant, le pays ne doit pas baisser les bras. Et les Nations Unies sont disposées à soutenir toutes les initiatives visant à mettre fin aux violences sexuelles », a-t-il indiqué. 

Une décision des Nations Unies dont se félicite le Professeur Mariatou Koné,  la Ministre en charge de la Femme : « C’est une grande joie pour nous et nous ne comptons pas baisser les bras. Nos forces sont engagées dans la lutte contre les violences sexuelles. A cet effet, nous avons réalisé des progrès sur le terrain  et nous poursuivons notre collaboration avec  toutes les parties prenantes. Par ailleurs, nous avons une cinquantaine de plateformes de lutte contre les violences basées sur le genre qui réfèrent automatiquement  à la hiérarchie les cas enregistrés. C’est dire tout l’engagement des autorités à mettre fin aux violences sexuelles, surtout celles dont les militaires peuvent en être les auteurs», a insisté la Ministre Mariatou Koné.

Pour rappel, c’est en avril dernier que la Cote d’Ivoire a été officiellement retirée de la liste dite ‘’noire’’ des pays dont les armées sont accusées de commettre des violences sexuelles.