Vous êtes ici : AccueilFiltrer les éléments par date : octobre 2016

Euphrasie KOUASSI YAO, Ministre de la promotion de la femme, de la famille et de la protection de l’enfant a échangé avec les femmes et les familles de Côte d’Ivoire, le 25 Octobre 2016 dernier au palais du carnaval de Bouaké au tour du thème : «  la nouvelle constitution, une réelle opportunité pour les familles ».

 C’était lors de la quatrième édition des « Rendez-vous de la famille », une tribune de rencontre, d’information et d’échange initié par ledit ministère pour discuter des questions d’intérêt national avec le grand public.

La quatrième édition avait pour but d’expliquer et de faire une meilleure lecture et comprendre la nouvelle constitution en vue de faciliter l’adhésion des femmes et des familles de Côte d’Ivoire.

Selon la Ministre Euphrasie KOUASSI, «  les défis auxquels font face  les femmes de Côte d’Ivoire au quotidien, militent que leur soit expliquée la troisième constitution de la troisième République pour la prise en compte de leurs aspirations. » De ce fait, elle les a invité à se l’approprier  car dira-t-elle : « cette constitution est taillée sur mesure pour nous les femmes, elle favorise notre épanouissement, notre développement donc notre autonomisation pour le bonheur de nos familles respectives.»

Docteur Eugène ZAGRE, l’autre orateur du jour a expliqué aux femmes et familles de Côte d’Ivoire pourquoi elles doivent voter pour le OUI massif au soir du 30 octobre 2016.

Les échanges et remise de pagnes à plus de 6000 femmes ont mis fin à la cérémonie.

 

Publié dans Actualité

 Euphrasie Yao, ministre de la Promotion de la Femme, de la Famille et de la Protection de l’Enfant a procédé le lundi 24 octobre 2016 à une compagne de proximité dans les quartiers de Bouaké pour le vote massif du OUI au référendum du 30 octobre prochain.  Son objectif est de  sensibiliser et expliquer le bien-fondé de la nouvelle Constitution dans les foyers, tout en exhortant à voter pour le OUI et toujours faire confiance au Président Ouattara. Pour réussir cette mission, la ministre Euphrasie Yao a procédé par le porte à porte. « Cette Constitution est une Constitution Pro-développement. Si elle est votée, elle renforcera l’unité entre les ivoiriens et dans les familles. Elle prône l’égalité entre les sexes, fait la promotion de la femme, des jeunes, des enfants et des personnes handicapées », a-t-elle dit partout où elle est passé

Appelant ainsi, les cadres et élus à investir le terrain pour la mobilisation et la sensibilisation.

     Du quartier dans les familles Gouet,Coulibaly de  Broukro et  Koko , en passant par N’gatakro, Ahougnansou, Belleville, Dar-es salam  dans le village de minankro  dans la famille Fétay, Euphrasie Yao, toute la journée du lundi 24 octobre a communié avec les populations autour, ce qu’elle a qualifiée de ‘‘bonne nouvelle’’. Pour cette énième étape de la sensibilisation, elle a exhorté les populations à se mobiliser pour le plein succès du meeting de clôture du président Alassane Ouattara au stade de la paix de Bouaké. « Le Président Alassane Ouattara veut doter la Côte d’Ivoire d’un parchemin pour la paix, la stabilité et le développement. Il faut que Bouaké sorte massivement pour voter le OUI à 100% au soir du 30 octobre », a-t-elle demandé.

 

    Notons que depuis le lundi dernier, la ministre Euphrasie Yao a investi le terrain à Bouaké, rassurant les commerçantes, les femmes leaders d’opinion, les associations et mouvements de femmes pour faire d’elles a-t-elle dit, les apôtres de l’espoir en Côte d’Ivoire.

 

Publié dans Actualité

 Euphrasie Yao, ministre de la Promotion de la Femme, de la Famille et de la Protection de l’Enfant a procédé le lundi 24 octobre 2016 à une compagne de proximité dans les quartiers de Bouaké pour le vote massif du OUI au référendum du 30 octobre prochain.  Son objectif est de  sensibiliser et expliquer le bien-fondé de la nouvelle Constitution dans les foyers, tout en exhortant à voter pour le OUI et toujours faire confiance au Président Ouattara. Pour réussir cette mission, la ministre Euphrasie Yao a procédé par le porte à porte. « Cette Constitution est une Constitution Pro-développement. Si elle est votée, elle renforcera l’unité entre les ivoiriens et dans les familles. Elle prône l’égalité entre les sexes, fait la promotion de la femme, des jeunes, des enfants et des personnes handicapées », a-t-elle dit partout où elle est passé

Appelant ainsi, les cadres et élus à investir le terrain pour la mobilisation et la sensibilisation.

     Du quartier dans les familles Gouet,Coulibaly de  Broukro et  Koko , en passant par N’gatakro, Ahougnansou, Belleville, Dar-es salam  dans le village de minankro  dans la famille Fétay, Euphrasie Yao, toute la journée du lundi 24 octobre a communié avec les populations autour, ce qu’elle a qualifiée de ‘‘bonne nouvelle’’. Pour cette énième étape de la sensibilisation, elle a exhorté les populations à se mobiliser pour le plein succès du meeting de clôture du président Alassane Ouattara au stade de la paix de Bouaké. « Le Président Alassane Ouattara veut doter la Côte d’Ivoire d’un parchemin pour la paix, la stabilité et le développement. Il faut que Bouaké sorte massivement pour voter le OUI à 100% au soir du 30 octobre », a-t-elle demandé.

 

    Notons que depuis le lundi dernier, la ministre Euphrasie Yao a investi le terrain à Bouaké, rassurant les commerçantes, les femmes leaders d’opinion, les associations et mouvements de femmes pour faire d’elles a-t-elle dit, les apôtres de l’espoir en Côte d’Ivoire.

 

Publié dans Actualité

Abidjan - Avec les nouvelles dispositions contenues dans le projet de la nouvelle constitution notamment dans les articles 35,36 et 37, "les femmes sont sur la route de la parité avec les hommes", estime la ministre de la Promotion de la Femme, de la Famille et de la Protection de l’enfant, Euphrasie Yao.

Selon la ministre qui s’exprimait jeudi à une rencontre avec les femmes, au palais de la culture de Treichville, ces articles prônent la promotion de la femme, renforcent ses droits socio-économiques, leur donnent l’occasion d’occuper des postes de responsabilité tant dans l’administration publique, dans les entreprises et aussi dans la politique .

Ainsi pour elle « quand une femme vient à la politique, la politique la change, mais quand plusieurs femmes font de la politique, elles la change ». Elle a par ailleurs exhorté les femmes à voter « oui » pour l’adoption de cette constitution afin que ces acquis soient concrétisés.

Ces trois articles, selon les différents intervenants à cette rencontre dont la ministre de l’Education Nationale Kandia Camara et la Chef de Cabinet de la ministre Euphrasie Yao , Anna Bailly Traoré, sont des "dispositions historiques", "novatrices et prometteuses d’encrage juridique et sociale de la femme".

En plus de la promotion des femmes, ont-ils-expliqué, ces textes interdisent les violences spécifiques aux femmes et les violences basées sur le genre, renforcent l’engagement de l’Etat et des collectivités locales dans la promotion et la protection des femmes, constitutionnalisent la scolarisation de la jeune fille, entre autres.

Le projet de la nouvelle constitution a été adopté par l’Assemblée Nationale mardi et sera soumis au référendum le 30 octobre, rappelle-t-on.

Publié dans Actualité

Mesdames et Messieurs,

 

Chers compatriotes,

 

Ce mardi 11 octobre 2016, l’humanité célèbre la cinquième édition de la Journée Internationale de la Fille.

Cette journée a été instituée par les Nations Unies en complément des Journées Internationales dédiées aux femmes, et aux jeunes en vue de : (i) promouvoir les droits des filles; (ii) combattre les différentes formes de discriminations et d’abus qui freinent leur développement socioéconomique; (iii) Et surtout, mettre en évidence les inégalités entre les filles et les garçons.

Cette année, le thème retenu est : «Progrès pour les filles = Progrès pour les objectifs : Un mouvement mondial en faveur des données sur les filles».

En effet, les filles représentent aujourd’hui 1,1 milliards de personnes dans le monde.

Mais, trop souvent les rêves et les potentiels de ce précieux groupe démographique sont entravés, notamment en raison de l’insuffisance de statistiques fiables le concernant.

Selon, les statistiques disponibles, dans le monde, une fille sur trois se marie avant d’avoir atteint l’âge de 18 ans.

Les filles qui deviennent épouses, en étant enfants, sont privées d’éducation. Ces filles sont plus exposées aux violences physiques et sexuelles et mettent au monde des enfants avant d’y être préparées physiquement et émotionnellement.

L’édition 2016 de la Journée Internationale de la Fille, nous invite donc à mieux répondre aux besoins sexo-spécifiques des filles, sur la base de données disponibles, qui incitent à l’action.

 

Chers compatriotes,

Le gouvernement ivoirien est conscient que l’autonomisation des filles, l’investissement dans leur éducation, ainsi que leur participation active dans les prises de décision, sont la clé pour briser

le cycle de discrimination, et leur permettre de jouir pleinement de leurs droits.

C’est pourquoi, le Gouvernement, sous le leadership éclairé du Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, a engagé des investissements stratégiques, pour donner aux filles plus de chance pendant leur petite enfance.

 

Il s’agit notamment de la scolarisation obligatoire pour tous les enfants de 6 à 16 ans.

Le Gouvernement met également en œuvre, de vastes programmes, pour éliminer les obstacles, qui pourraient entraver l’avenir des filles, à partir de la seconde décennie de leur vie.

 

Il s’agit : (i) du programme de lutte contre les grossesses précoces, pour leur permettre d’achever les études secondaires et universitaires; (ii) du programme d’autonomisation socioéconomique, qui donne à travers nos Institutions d’Éducation et de Formation (IFEF), une seconde chance aux filles déscolarisées et non scolarisées, de s’insérer dans les secteurs de l’emploi et de l’entreprenariat; (iii) du programme d’insertion des jeunes avec l’Agence Emploi Jeunes qui met un accent particulier sur l’amélioration de l’employabilité des jeunes filles; (iv) et du programme Compendium des Compétences Féminines de Côte d’Ivoire qui œuvre à faciliter l’insertion des filles diplômées dans la gestion des affaires publiques et privées et leur positionnement aux postes de décision nominatifs et électifs.

 

Par ailleurs, de nouveaux programmes tels que : le programme de Lutte contre les Violences basées sur le Genre intensifieront les actions contre les mariages précoces, les violences physiques et sexuelles ainsi que la prostitution sous toutes ses formes;

 

Mesdames et Messieurs,

Chers compatriotes,

Pour apprécier les résultats de ces énormes efforts, le Gouvernement met un point d’honneur à disposer de données pour documenter ses interventions.

C’est pourquoi, la Journée Internationale de la Fille édition 2016, constitue une opportunité pour encourager les partenaires, à soutenir les efforts du Gouvernement, en particulier, ceux concernant la collecte, et l’analyse des données désagrégées par sexes.

Cette journée constitue également l’occasion : (i) de demander aux jeunes filles, d’abandonner la facilité et de s’accrocher au programme de mentorat, de coaching et d’accompagnement individuel à travers le Compendium des Compétences Féminines de Côte d’Ivoire que le Gouvernement met à leur disposition ; (ii) C’est aussi le moment, d’appeler les parents, les familles et la communauté à soutenir et à collaborer avec le Gouvernement pour permettre à nos filles de grandir en sachant que l’égalité est un droit.

 

 

Je vous remercie!

 

Publié dans Actualité

Lancement officiel de la Rentrée Scolaire dans les structures de formation et d’éducation de base: La ministre Euphrasie Yao décline les orientations

Publié dans Actualité

Journée de l’entreprenariat féminin 2016 : La Ministre Euphrasie Kouassi YAO invite les femmes à se mettre en réseaux

Les deuxièmes Journées de l’entreprenariat féminin ont été ouvertes le jeudi 6 octobre 2016 à la Maison de l’entreprise à Abidjan-Plateau. Trois membres du gouvernement étaient présents, notamment Gaoussou Touré, ministre des Transports, Anne Ouloto, ministre de la Salubrité et de l’Assainissement et Euphrasie Yao, ministre de la Promotion de la femme, de la Famille et de la Protection de l’enfant, qui a invité les femmes entrepreneures à se mettre en réseaux et à rester mobilisées, parce que selon elle, « le moment est favorable et ce moment, c’est maintenant». Euphrasie Yao en veut pour preuve la prise en compte de la parité Homme et Femme aux postes de décisions dans le projet de Constitution, en examen à l’Assemblée nationale et de l’élaboration, il y a cinq ans, du Compendium des compétences féminines de Côte d’Ivoire. S’appuyant sur le thème de cette édition, à savoir «Le leadership de la femme entrepreneure», Mme Touré Massogbè, présidente de la Commission de développement de l’entreprenariat féminin au sein du patronat ivoirien a fait un état des lieux : « Les statistiques fournies par le Cepici montrent que sur 800 entreprises créées en Côte d’Ivoire, 133 appartiennent à des femmes. Mais, il existe toujours un fossé entre les Hommes et les Femmes. Ces deux journées nous permettront de réfléchir sur les différentes problématiques, notamment la question de l’accès au financement et l’affirmation d’un leadership actif des femmes entrepreneures». Pour Mme Touré Massogbè, l’émergence des femmes ne commencera pas en 2020, mais plutôt au terme de la 2ème édition des Journées de l’entreprenariat féminin. Dr Pierre Adou, représentant le ministre de l’Entreprenariat national, de l’Artisanat et de la Promotion des PME et Alain Kouadio, vice-président représentant le président de la CGECI, Jean Kacou Diagou, ont assuré quant à l’application diligente des recommandations qui vont sanctionner ces journées.

 

Publié dans Actualité

LA CHAMPIONNE PARALYMPIQUE DE RIO 2016 CHEZ LA MINISTRE EUPHRASIE KOUASSI YAO

Ce Mercredi 05 Octobre, la Ministre de Promotion de la Femme, de la Famille et de la Protection de l’enfant, Euphrasie Kouassi YAO a reçu sa fille, Fatimata Brigitte Diasso, âgée de 26ans, médaillé d’argent avec un saut en longueur de 4,89 mètres, catégorie T11, aux jeux paralympiques de Rio de Janeiro. 

La championne est venue saluer sa Ministre qui l’avait reçu à l’Aéroport Félix Houphouët-Boigny lors de son retour au pays et lui exprimer sa reconnaissance pour le soutien.

La Ministre à son tour l’a félicité pour sa bravoure et son courage qui lui a permis de décroché la Médaille d’argent qui manquait au Ivoirien pour ces jeux olympique de Rio 2016.

 

Publié dans Actualité

La Ministre Euphrasie Kouassi YAO à la journée internationale de l’accès universel à l’information

Ce Mercredi la Ministre de la Promotion de la Femme, de la Famille et de la Promotion de l’Enfant était au côté de sa collègue de la communication pour célébrer la journée internationale de l’accès Universel à l’information à l’ISTC Cocody à l’amphithéâtre Affoussiata Bamba Lamine. ’’ Accès à l’information, un Droit pour tous’’ tel était le thème principal de la célébration de la toute première édition de la Journée Internationale du Droit d’accès à l’information organisé par le ministère de la Communication en collaboration avec la Commission d’Accès à l’Information d’intérêt public et aux Documents Publics ( CAIDP).

 

Publié dans Actualité

VIOLENCES BASEES SUR LE GENRE(VBG)

Atelier d’actualisation des messages sur la prévention et la prise en charge des cas de Violences Basées sur le Genre.

Du 26 au 27 septembre 2016, s’est tenue à Aboisso, précisément à Krindjabo, un atelier d’actualisation des messages sur la prévention et la prise en charge des cas de VBG, liées au Vih/Sida.

Le présent atelier est organisé par le Ministère de la Promotion de la Femme, de la Famille et de la Protection de l’Enfant, avec l’appui technique de l’Ong Alliance Côte d’Ivoire et le soutien technique et financier du Fonds Mondial. Il s’inscrit dans le cadre de la prévention et de la sensibilisation sur les VBG, et vise à présenter les messages existants, à les  valider par consensus en prenant en compte les corrections et modifications apportées et à créer de nouveaux messages.

Près d’une trentaine de personnes, issues des ministères techniques, de la société civile, les leaders religieux et communautaires, les chefs coutumiers, les Ong de lutte contre les VBG et le Vih/Sida, ont pris part à cet atelier.

Sur ces deux jours de travaux, les participants repartis en trois groupes, ont été amenés à réfléchir sur les thèmes suivants : « viol et agression sexuelle »,  « Pratiques traditionnelles néfastes, mutilations génitales féminines, autres pratiques néfastes »,  «  violences physiques, violences domestiques, violences émotionnelles », et à proposer des messages qui seront adaptés sur des supports et canaux de communication qui permettront d’optimiser les actions de prévention et de sensibilisation sur les VBG, engagées le Ministère de la Promotion de la Femme, de la Famille et de la Protection de l’Enfant.

Cet atelier selon les participants est d’une importance capitale, compte tenu des conséquences des VBG sur les populations ivoiriennes, il est donc nécessaire d’accentuer la sensibilisation. Ils ont remercié les organisateurs de les avoir associés à l’élaboration des messages.

Notons que la Côte d’Ivoire est l’un des pays les plus touchés par la pandémie de Vih/Sida en Afrique de l’Ouest, avec 460 000 personnes vivant avec le Vih/Sida. L’un des facteurs de la propagation de l’infection à Vih/Sida, est la recrudescence des violences basées sur le genre à l’encontre des femmes, des filles et des enfants. Les VBG  touchent principalement les femmes qui constituent la frange de la population la plus vulnérable à l’infection à Vih.

Pour rappel, l’Organisation Mondiale de la Santé définit les violences basées sur le genre comme la menace ou l’utilisation intentionnelle de la force physique ou du pouvoir contre soi-même, contre autrui ou contre un groupe ou une communauté qui entraîne ou risque fortement d’entraîner un traumatisme, un décès, des dommages psychologiques, un mal développement ou des privations. Il y a 6 typologies de VBG, à savoir le viol, l’agression sexuelle, l’agression physique, le mariage forcé, le déni de ressources, d’opportunités ou de service et la maltraitance psychologique et émotionnelle.

 

Publié dans Actualité
Page 1 sur 2