Vous êtes ici : AccueilFiltrer les éléments par date : décembre 2016

Présente à Nairobi au Kenya dans le cadre de la rencontre de haut niveau sur le partenariat mondial, la ministre de la Promotion de la Femme, de la Famille et de la Protection de l’Enfant, Euphrasie Kouassi Yao a partagé, avec les participants à ce sommet, l’expérience ivoirienne en matière de Progrès et défis pour un développement efficace.

La ministre Euphrasie Yao a évoqué le Plan National de Développement (PND), une stratégie de développement claire et cohérente mise en place par le chef de l’Etat, Alassane Ouattara dès sa prise de fonction en 2011, avec pour objectif majeur de conduire la Côte d’Ivoire à l’émergence à l’horizon 2020. Cette clairvoyance du chef de l’Etat ivoirien, dira la ministre, a eu pour conséquence avec la mise en œuvre du PND 2012-2015, de permettre à la Côte d’Ivoire de rejoindre le groupe de tête des pays à forte croissance dans le monde avec un taux moyen annuel de croissance du PIB réel d’environ 9%. La Côte d’Ivoire a pu renforcer ses infrastructures socio-économiques et créer des millions d’emplois en moins de 5 années pour un mieux-être des ivoiriens grâce à la mise en œuvre du PND, a-t-elle ajouté.

Euphrasie Yao est revenue sur les nombreux efforts consentis pour une participation équitable de tous les ivoirien(ne) au processus de développement. Pour preuves, les réformes réalisées permettent aujourd’hui aux femmes et aux filles d’accéder à des corps de métiers longtemps demeuré la chasse gardée des hommes et des garçons, faisant allusion à l’entrée des filles à l’Ecole Militaire Préparatoire Technique (EMPT) et à la Gendarmerie. La ministre aussi fait cas de l’expérience du Compendium des compétences féminines dont elle reste l’initiatrice et une fervente promotrice. 

La ministre de la Promotion de la Femme, de la Famille et de la Protection de l’Enfant a, pour finir, indiqué qu’en dépit de cette dynamique amorcée par la Côte d’Ivoire, le chef de l’Etat et le gouvernement sont conscients que des défis restent à adresser pour un meilleur développement du pays. Il s’agit en particulier, dira la ministre, de renforcer la synergie d’actions avec l’ensemble des structures décentralisées, des partenaires au développement, des organisations de la société civile nationale et internationales afin que chaque acteur puisse utiliser son avantage comparatif pour l’atteinte des objectifs globaux du pays.

La réunion de haut niveau du Partenariat mondial pour une coopération efficace au développement de cette année 2016 vise à amplifier l’impact positif de la coopération au développement au cours des 15 prochaines années.

 

 

Publié dans Actualité