Vous êtes ici : AccueilFiltrer les éléments par date : avril 2016

Le gouvernement ivoirien a besoin de 360 milliards de FCFA pour la mise en œuvre de ses programmes visant l’autonomisation, la promotion et la valorisation de la femme ainsi que la protection de l’enfant, a appris APA, jeudi, de source officielle dans la capitale économique ivoirienne.

L'information a été donnée par la ministre de la promotion de la femme, de la famille et de la protection de l'enfant, Euphrasie Yao Kouassi qui s'exprimait devant la presse en marge d'une rencontre avec les partenaires au développement pour partager avec eux, la vision de son ministère en matière de promotion de la femme, de la famille et de la protection de l'enfant.

« Nous leur avons dit qu'en matière de promotion de la femme, nous voulons la valorisation des compétences et l'autonomisation des femmes. En matière de promotion de la famille, nous voulons que la famille soit remise au sein de toutes les questions de développement », a-t-elle expliqué.

A ce propos, Mme Yao Kouassi souhaite que « les familles soient des actrices de développement pour nous accompagner dans la lutte contre le terrorisme ». En matière de protection des enfants, elle a insisté sur la prévention. « Nous ne voulons plus avoir des enfants de la rue. Ces enfants dits microbes, ces enfants qui souffrent de différents maux que les familles n'ont pas pu arranger, nous voulons remettre tout cela au centre de nos actions », a-t-elle poursuivi.

« Nous leur avons également dit que le genre est un outil qui leur permet d'analyser, de faire des diagnostics et d'orienter le développement de telle sorte qu'on ait un développement durable et équitable » , a ajouté la ministre de la promotion de la femme, de la famille et de la protection de l'enfant.

« Nous attendons que les partenaires se prononcent sur les cinq programmes que nous leur avons présenté et qu'ils nous disent quels sont les aspects techniques qu'on peut améliorer et quels sont les financements qu'ils peuvent annoncer dès aujourd'hui pour qu'ensemble, nous pussions coordonner toutes ces questions et réussir la mission que le Président de la République et le Premier ministre nous ont confiée », a encore expliqué la ministre Yao Kouassi.

S'agissant du coût, elle a indiqué que «nous avons besoins de 360 milliards de FCFA. Nous avons annoncé cela et nous l'avons décliné en plusieurs programmes ». Selon elle, dans le Programme national de développement (PND 2016-2020), « nous avons déjà deux programmes, celui de l'autonomisation de la femme qui est de 317 milliards et le Compendium des compétences féminines de Côte d`Ivoire (COCOFCI) qui fait 4 milliards de FCFA et qui ont été déjà retenus ».

Mais, a-t-elle expliqué, « nous travaillons à ce que les trois autres programmes soient aussi retenus parce qu'il s'agit de « faire autrement la question de l'autonomisation de la femme, des familles et de la protection de l'enfant ».

Les trois autres programmes sont relatifs à la « promotion de la famille en tant qu'actrice de développement parce que généralement on pense que les familles sont passives, faibles et qu'il faut s'en occuper », a souligné Mme Yao.

Pour elle, « on oublie que les familles ont un rôle important pour réduire tous ces maux que nous voyons. Donc, il y a un programme là-dessus. Il y a un programme de protection de l'enfant qui dit qu'on veut que les enfants soient dans leur cadre de vie. Nous ne voulons plus de ces enfants dits microbes, ces enfants dits de la rue. On ne fait d'enfant dans la rue. Donc nous voulons recadrer tout cela avec nos partenaires », a conclu la ministre de la promotion de la femme, de la famille et de la protection de l'enfant.

Le représentant résident du Programme alimentaire mondial (PAM) Gianluca Ferrera qui représentait le Coordonnateur du Système des Nations-Unies a réitéré à la cérémonie d'ouverture de cette rencontre, la disponibilité des Nations-Unies à accompagner le gouvernement ivoirien dans cet ambitieux programme déjà soutenu par l'ONU femme, représentée en Côte d'Ivoire par Marie-Goretti N'duwayo.

 

Publié dans Actualité

« Je suis venue vous dire merci pour l’amour, la confiance, la considération et l’affection que vous n’avez sans cesse témoigné à ma modeste personne ».
 Ces mots sont ceux prononcés par la Ministre Euphrasie KOUASSI YAO, le 23 avril  dernier à la préfecture de région du Gbêkê.
En prélude à la fête des mères qui aura lieu dans cette localité le 28 du mois prochain, Euphrasie Kouassi Yao, native , fille et Ministre en charge des femmes, personne toute indiquée et idéale trouvée par la première dame , madame Dominique OUATTARA pour porter cette information à ses parents et aux forces vives de Bouaké.
Sous l’impulsion de la première dame, la fête des mères  aura un éclat tout particulier, raison pour laquelle sensibiliser, mobiliser et rassembler autour  de cet autre acte fort de promotion, d’amour, de joie et de fête pour la femme et autour de la femme constituait le leitmotiv de la visite du Ministre.
 Pour la Ministre Euphrasie Kouassi Yao, la venue de la première dame à Bouaké, pour la célébration de la femme, de la mère et de l’épouse serait un symbole fort de cohésion sociale, de solidarité et d’engagement à soutenir les actions de la gente féminine voire à soutenir les efforts de développement du Président de la République.
Aussi a-t-elle invité les Rois et  chefs coutumiers, les guides religieux, les chefs de communauté, le corps préfectoral dans son grand ensemble, les associations des femmes du centre  à adhérer et à épouser l’idée de cette célébration dans leur localité.
La deuxième grande information et la non moindre, sur laquelle le Ministre s’est attardée est relative au concours de la famille modèle qui a connu son lancement le 14 dernier du mois en cours, c’était à la salle de conférence dudit ministère. Sur cette autre question, thématique, la Ministre a souhaité que « les habitants de la Côte d’Ivoire  soient des modèles pour leurs enfants, leurs voisins », et qu’il « n’existe nulle part ailleurs dans le monde des enfants microbes et des terroristes ».
Quant aux responsables et porte-paroles d’associations, ils ont marqué leur satisfaction et se sont dits fiers et honorés par le couple présidentiel pour avoir choisi leur localité pour abriter les festivités de la fête des mères, édition 2016 au cours des échanges qui ont suivi.
Des prières et des bénédictions ont été formulées à l’endroit de la Ministre, des responsables locaux  ainsi que du couple présidentiel, c’est dans la liesse et la ferveur indescriptibles que la Ministre a pris congé de ses hôtes.

 

Publié dans Actualité

« Quelles stratégies pour un relèvement du taux de représentativité des femmes dans les fonctions nominatives et électives ? », tel est le thème de l’atelier qui s’est tenu ce Jeudi 21 Avril 2016, au Conseil Economique et Social.  Sur l’initiative du Ministère de la Promotion de la Femme, de la Famille et de la Protection de l’Enfant en collaboration avec ONU Femmes, Ce sont plus d’une centaine de femmes notamment  des leaders  d’organisations féminines, de partis politiques et cadres de l’Administration publique et privée qui se sont penchées sur cette question. L’objectif de ce groupe de travail est avant tout d’élaborer une stratégie pour une participation accrue des femmes à la vie politique nationale.
Madame Madeleine OKA BALIMA, Responsable des programmes  prenant la parole au nom de la représentante résidente de l’ONU Femmes en Côte d’ Ivoire, Madame Marie Goretti NDUWAYO,  a d’emblée saluer le taux de participation des femmes au gouvernement qui est passé de 17 à 25% ; une première en Côte d’ Ivoire. Selon elle, cela est la matérialisation de la volonté du Président de la République Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA  de faire de la promotion du genre l’une de ses priorités de gouvernement. C’est également la preuve  de la confiance qu’il  place dans les compétences féminines. Elle a en outre précisé que  l’intérêt de la mixité dans les sphères décisionnelles,  ce  n’est pas de « remplacer les hommes par les femmes ». Il s’agit surtout  d’intégrer le fait que la femme de par ses « casquettes » (mère, épouse, fille, sœur), a la capacité de contribuer au développement sous toutes ses formes et profitables à tous.
A la suite de Madame Madeleine OKA BALIMA, ce fut au tour de  la Ministre Euphrasie KOUASSI YAO de s’adresser à l’assemblée venue massivement prendre part à ce moment  fort qu’est celui de l’engagement pour la cause de l’égalité entre les sexes.   Citant  quelques progrès réalisés en matière de promotion du genre, elle a relevé que le Président et le gouvernement ivoirien sont résolument engagés pour  mettre en exergue les compétences féminines et promouvoir l’égalité des sexes.   « Le Gouvernement fait sa part. Il nous appartient,  nous, femmes de Côte d’Ivoire de nous « lever » pour que ensemble, avec les  hommes, conduisions notre pays au développement durable. » A-t-elle ajouté.
 Déclarant ouvertes les travaux,  Madame  Euphrasie KOUASSI  a indiqué que cet  atelier est le prétexte pour forger le consensus le plus large sur les voies et moyens pour la réalisation de l’égalité entre hommes et femmes aussi bien dans les instances nominatives qu’élective. C’est donc une opportunité pour toutes les femmes de mener d’une seule voix, une réflexion profonde en vue de trouver des solutions idoines et efficace au déficit de représentation des femmes en Côte d’ Ivoire.

Publié dans Actualité

Le Jeudi 14 Avril 2016, le Ministre Euphrasie KOUASSI YAO a reçu en audience, à son Cabinet, une délégation de l’Association des Femmes Juristes de Côte d’ Ivoire.
Le Chef de délégation, Présidente de l’association, Madame Aimée ZEGBEYOUX  a, à l’entame adressé à la Ministre ses vives félicitations pour sa nomination à la tête du Ministère de la Promotion de la Femme, de la Famille et de la Protection de l’Enfant. Elle a qualifié cette nomination de méritoire car Madame Euphrasie KOUASSI YAO a toujours représenté avec brio la Côte d’Ivoire au cours des rencontres internationales sur la question du genre et la promotion de la femme. Elle a par la suite révélé la disponibilité de son association à travailler aux côtés de la Ministre, afin de l’accompagner dans l’accomplissement de la mission à lui confier par Son Excellence le Président de la République, Alassane OUATTARA. Saisissant l’occasion, elle a offert à Madame la Ministre des guides, des livres et des brochures pour mieux comprendre les questions d’ordre juridique.
Sensible à cette marque de reconnaissance, Madame la Ministre a remercié ses hôtes et leur a fait la promesse de travailler avec l’association, dans une synergie d’action à l’amélioration de la condition de la femme en Côte d’Ivoire. Aussi leur a-t-elle  fait cas d’un projet de loi en instance relatif à la participation équitable des femmes et des hommes dans les fonctions nominatives et sélectives. Une telle loi permettra sans nul doute de rehausser le taux d’accès des femmes aux postes de décision.
La rencontre s’est achevée par des échanges qui ont permis aux uns et aux autres de s’ accorder sur la nécessité de mettre en place des stratégies à l’effet de la participation accrue des femmes à la vie politique nationale.

Publié dans Actualité

« Votre visite ici nous rassure. Elle nous démontre que vous allez œuvrer pour que vos petites filles que nous sommes ne vivions plus jamais de tels évènements ». Ces  mots  qui font référence à l’attaque terroriste qui a touché la ville de Grand-Bassam sont de la petite ESSIMEL Judith. Cette fillette de onze(11) ans est  pensionnaire de l’orphelinat de Grand-Bassam. Comme tous les cent vingt-quatre (124) pensionnaires de  cet établissement d’accueil, elle  souffre de traumatisme, causé par les coups de feu  qui ont plongé Bassam dans ce dimanche noir (du rappeler la date). La Ministre de la Promotion de la Femme, de la Famille et de la Protection de l’Enfant, Madame Euphrasie KOUASSI YAO, en mission aux Etats Unis pour prendre part à la 60ème Session sur la Condition de la Femme au moment des événements y avait  dépêché ses équipes sur place.  Ce Mercredi 13 Avril 2016, elle  s’y est rendue personnellement.
Madame OUATTARA Marie-Cécile, Directrice de l’Orphelinat  a d’emblée  souhaité le traditionnel AKWABA à la Ministre qui avait à ses côté «  sa sœur » de  la Solidarité, de la Cohésion Sociale et de l’Indemnisation des Victimes, le Dr Mariétou KONE. Elle s’est réjouie de la visite des deux Ministres. «  Cela fait chaud au cœur  car se sentir soutenu est la première thérapie en matière de prise en charge psychologique » a-t-elle argumenté. Poursuivant, elle a indiqué que ses enfants que sont les filles de l’établissement dont elle en a la responsabilisé ont été profondément traumatisé, sursautant au moindre bruit et pour certaines, elles refusaient même de mettre les pieds dehors. Cependant, grâce à l’écoute diligentée par l’équipe du Programme National de Santé Mentale, les enfants ont bénéficié d’une prise en charge psychologique. Aujourd’hui,  la santé mentale des enfants connait une nette amélioration. Ils  retrouvent peu à peu leur  enthousiasme d’antan. Et, toujours selon la Directrice, cette visite des deux mamans Ministres vient couronner la guérison totale.
La Ministre Euphrasie, émue par ces mots, s’est dite à  la fois indignée et peinée devant cette situation de catastrophe humaine. Selon elle,  il est tout à fait normal  que ces enfants soient  traumatisés. Ils ont vécu de près ce tragique évènement ; le site se trouvant à quelques mètres du lieu  de l’attentat.  Elle a ajouté qu’aucun enfant ne devrait vivre pareille  situation. Elle a rassuré les enfants de son soutien, de sa volonté et de son engagement à tout mettre en œuvre pour que ce tableau sombre soit effacé de leur mémoire. Comme une mère protège ses petits, elle a  conclu en ces termes : « je suis là pour vous, près de vous et prête pour vous ».

 

Publié dans Actualité