Vous êtes ici : AccueilFiltrer les éléments par date : avril 2018

La ministre ivoirienne de la femme, de la protection de l’enfant et de la solidarité, Mariatou Koné a indiqué, jeudi à Abidjan, face à des partenaires et organisations de la société civile que le nouveau texte sur la représentativité des femmes est en route pour être soumis au parlement.

 

« La loi a été adoptée au Conseil de gouvernement puis au Conseil des ministres et est en route pour le parlement », a rassuré Mariatou Koné, lors d’une rencontre de cadre de concertation sur le genre réunissant plusieurs entités dont les ministères techniques et les organisations internationales.

 

La ministre a invité les membres de ce cadre de concertation «au plaidoyer pour que la loi puisse passer le cap du parlement ». Mariatou Koné a également partagé sa vison d’un nouveau Conseil national de la femme.

 

« La nouvelle mouture est soumise au gouvernement. Nous souhaitons un Conseil national de la femme autonome et non arrimé au gouvernement », a soutenu Mme Koné, se réjouissant de l’existence de ce cadre de concertation.

 

« Notre plateforme multi-sectorielle de coordination qui a vu le jour en mars 2017 se présente comme une extraordinaire opportunité et un cadre unique pour favoriser la synergie d’actions, pour mieux orienter les interventions liées au genre en Côte d’Ivoire », a fait remarquer Mariatou Koné.

 

Michel Laloge du Bureau de l’Union européenne en Côte d’Ivoire a, au nom des partenaires au développement, incité le gouvernement ivoirien à plus d’efforts dans la promotion du genre.

 

« Les investissements dans le Plan national de développement (PND) ne sont pas trop orientés vers la femme », a regretté le diplomate européen.

 

Les matrices d’actions prioritaires de 2018 du ministère en charge des questions des femmes qui s’élèveront à 1 002 000 000 ont été présentées à cette occasion.

 

Elles prennent en compte entre autres, le renforcement de la qualité des institutions pour la paix et la bonne gouvernance, la transformation structurelle de l’économie, l’amélioration des conditions de vie des populations, la promotion de la jeunesse et de la femme et l’émergence de l’ivoirien nouveau.

 

Publié dans Actualité

Trebissou Aissé Florence Judith, fraichement titulaire d’un doctorat en  immunologie à l’université  Felix Houphouet Boigny était toute joyeuse en fin de matinée du jeudi 19 avril. Comme elle, 47 autres étudiantes l’étaient également.

Dans la cadre des bourses d’excellence entièrement financées par  la Communauté Economique  des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) à travers son centre  pour le développement du genre (CCDG), elles ont reçu des mains du Professeur Mariatou Koné,   Ministre en charge de la promotion des femmes, des bourses d’excellence  pour un cout total de vingt millions de francs CFA.

La cérémonie officielle de remise des chèques a eu lieu le jeudi 19 avril au Ministère de la Femme, de la protection de l’Enfant et de la Solidarité.

Cette initiative   vise à encourager les jeunes filles très brillantes  mais qui pour la plupart  sont issues de familles démunies  à s’intéresser aux filières scientifiques, techniques et professionnelles considérées comme des filières réservées aux  hommes.

La Ministre n’a pas manqué d’encourager les bénéficiaires de la bourse d’excellence  à poursuivre leurs efforts afin d’obtenir d’excellents résultats. « Faites un bon usage des ressources qui vous sont octroyées. Je vous encourage aussi à un travail sérieux et soutenu pour l’atteinte de résultats satisfaisants. Sachez en tirer profit pour que cette subvention puisse être multipliée afin de permettre à d’autres personnes  d’en bénéficier » a conseillé la Ministre.

Diplo Tchepé Flore Bernadette, docteur spécialiste en biologie moléculaire,  intervenant au nom de l’ensemble des bénéficiaires a exprimé à l’endroit des donateurs,  toutes leurs reconnaissances. « Cette bourse dont nous avons bénéficié et dont nous continuons de bénéficier a largement contribué à l’aboutissement d’une situation très délicates pour toutes. En effet, pour certaines, elle a contribué à acheter les réactifs pour les travaux de recherche. Pour d’autres, à financer l’achat de leur outils de travail notamment un ordinateur, les fournitures scolaires et mêmes les scolarités.

Soyez rassurée Madame la Ministre car nous sommes conscients que le changement est possible et il commence par nous et il commence maintenant » a-t-elle promis.

 

Publié dans Actualité

« Depuis le démarrage de la grande phase, mes services et moi-même sommes  à la tâche pour servir au mieux les victimes. Toutes les prestations sont entièrement gratuites et se font sans intermédiaire. Le Ministère n’a mandaté personne pour agir,  en son nom, auprès victimes. Les uniques interlocuteurs des victimes sur le terrain sont les autorités préfectorales  et les directions régionales du Ministère de la Femme, de la Protection de l’Enfant et de la Solidarité.» a déclaré la Ministre Mariatou Koné, le vendredi 06 avril à Toulepleu.

C’était à l’occasion d’une cérémonie de remise  de chèques à une centaine de victimes  composée de 88 ayants droits de personnes décédées et des prises en charge médicale pour douze bléssés pour un cout total d’environs cent millions.

 Le Professeur Mariatou Koné  a saisi cette opportunité pour faire des mises au point : « Etre victime et bénéficier de la réparation exige la production des documents de preuves fiables de la matérialité des faits et de preuve de lien de parenté avec la victime dans le cas des décès. C’est au vu de ces documents, que nous prenons le soin de vérifier auprès de l’administration publique et des mairies pour éviter de nombreux cas de fraudes constatés, que la victime aura réparation. On ne distribue pas l’argent de l’Etat sans les documents et preuves nécessaires. C’est une exigence de transparence et de redevabilité.» a-t-elle insisté.

C’est pourquoi, invite-t-elle à la vigilance des victimes de l’ouest du pays et au-delà,  à toutes les victimes de Côte d’Ivoire. « Des personnes véreuses et sans scrupule veulent profiter de la détresse des victimes. Soumises à la forte pression de ceux à qui elles ont soutiré de l’argent, qu’elles ont aidé à faire du faux, à qui elles ont même fait miroiter la réalisation de projets immobiliers pour lesquels des droits d’inscription ont été payés pour figurer sur la liste des bénéficiaires, ces personnes mènent une croisade contre la lenteur du processus. Les supposés victimes, qui ne sont pas toujours capables d’indiquer et de prouver les préjudices qu’elles sont subi, n’osent pas afficher leur intention réelle qui est de pouvoir bénéficier de ristournes attendues sur ce qui sera versé aux vraies victimes. Je demande à mes parents de l’ouest,  de rester vigilants car leurs régions demeurent une zone privilégiée où pillulent les escrocs qui veulent exploiter la souffrance des victimes à leur propre profit et s’enrichir de leurs douleurs » a-t-elle expliqué.

Des précisions  qui ont valu à la Ministre, des acclamations nourries de l’assistance. Pour  Ouesse Claude, Président de la plate-forme des organisations de défense des droits des victimes de Toulepleu, l’indemnisation des victimes est une réalité avec la Ministre Mariatou Koné. « Plusieurs de nos parents ont reçu leurs chèques. Le processus  pour nous est transparent » a-t-il témoigné.

Après Toulepleu où la Ministre Mariatou Koné y est à sa troisième visite dans le cadre de l’indemnisation des victimes, le cap a été mis  sur Daloa pour l’indemnisation d’une centaine de  victimes  de Vavoua, de Mononko Zohi et d’Issia .

 

 

 

Publié dans Actualité

La Ministre de la Femme, de la protection de l’Enfant et de la Solidarité, le Professeur Mariatou KONE  poursuit ses actions  en vue de  l’autonomisation  des femmes de Côte d’Ivoire en général  et particulièrement celles  issues du milieu rural. 

A l’occasion d’une tournée qu’elle a effectué dans la région de la BAGOUE le  week-end pascal, la Ministre a fait d’importants dons à  des groupements de femmes des localités de Diamakani et de Kouloussan dans le département de Tengrela. 

Ces dons sont essentiellement composés de moulins et de décortiqueuses. Des équipements agricoles qui permettront à ces femmes  qui exercent pour la plupart dans le maraicher et le karité, d’accroitre leurs revenus par la transformation locale de leurs productions. 

Ces groupements étaient confrontés à l’épineux problème  de transformation ; il leur fallait pour cela  parcourir plusieurs  kilomètres. Ce qui engendrait des pertes énormes.  

La joie se lisait donc sur les visages des milliers de femmes réunies au sein de ces groupements. « Nous en avions vraiment besoin. Nous disons merci à la Ministre Mariatou Koné qui a pensé à nous. Parcourir ces centaines de  kilomètres depuis Abidjan pour venir nous remettre tout ce matériel, nous ne pouvons que lui dire merci, et merci au Président de la République » 

Pour la Ministre Mariatou Koné, « il est important d’apporter un appui à ces braves femmes du monde rural. Elles sont un levier important de l’économie. Elles ne demandent que très peu de moyens pour produire de grands résultats. Notre devoir, c’est de les accompagner ».  

 

Aussi est –il important de souligner que La Ministre Mariatou Koné

Multiplie les actions en vue de professionnaliser les filières agricoles. A la faveur de la journée mondiale  de la femme rurale  célébrée en novembre dernier, un important appui en matériels agricoles  de plus de 100 millions de Francs  a été apporté à plusieurs groupements de femmes du monde agricole.

Outre les séances de formation et de renforcement de capacités, une convention tripartite d’appui aux femmes du secteur karité entre Onu femmes, le Ministère et la filière karité de Côte d’Ivoire a été signé le mardi 27 mars dernier à Abidjan à l’effet  d’impulser le développement de la filière et  d’accélérer le processus de certification du karité.

A cela s’ajoute également la redynamisation du fonds Femmes et Développement logé au Ministère de la Femme, de la Protection de l’Enfant et de la Solidarité doté d’un budget de 500 millions de Francs CFA. 

 

 

Publié dans Actualité

La Ministre Mariatou KONE  a procédé le week end dernier à Inauguration d’une école primaire de 3 classes à Missasso et d’un  centre de santé à Koulousson ; deux localités situées à Tengrela dans la région de la BAGOUE.  

Sans la   Cohésion sociale, le  développement, n’est possible. En clair, c’est dans la paix et l’unité qu’on planifie le développement et qu’on y accède. 

Ces propos , la Ministre Mariatou Koné les a tenus à Tengrela en sa qualité de marraine de deux mutuelles de développement des localités de Missasso et Koulousson, le samedi 31 mars dernier.  « Vous êtes des exemples dans toute la Bagoué. Plutôt que de vous entredéchirer, vous vous êtes mis ensemble avec vos différences pour un intérêt commun : sortir votre localité de sa léthargie. Et cela, sans attendre l’Etat. Voilà ce que le Chef de l’Etat Alassane Ouattara vous demande, ‘’le vivre ensemble’’, les a-t-elle encouragé.  Exemple d’unité, la mutuelle de Missasso qui regroupe six  villages. C’est maintenant une tradition, pour cette mutuelle. Chaque année, à l’occasion de la pâque, elle se retrouve dans l’un des villages  pour célébrer leur « entente ». C’est ce modèle de cohésion au service du développement que la Ministre Mariatou Koné est allée toucher du doigt.

Un autre cas encore frappant, toujours à Tengrela c’est à Kouloussan. Dans cette localité, les populations se sont cotisées pour sortir de terre leur unique centre de santé évalué à plus de 30 millions de francs CFA. Kouloussan accueille pour la toute première fois, un membre du Gouvernement, en la personne de la Ministre de la Femme, de la Protection de l’Enfant et de la Solidarité. « En venant ici, je vous apporte la preuve que le Président Alassane Ouattara ne vous a pas oublié. Et ne peut pas vous oublier. Unis, vous avez démontré que vous pouvez faire mieux, sans même attendre l’Etat providentiel, la seule vache à lait. L’Etat ne peut que vous soutenir et vous accompagner dans votre marche vers le progrès » s’est félicité la ministre Mariatou Koné. Avant de les exhorter à demeurer solidaire et à véhiculer les valeurs de paix et de tolérance mutuelle. 

Par-ailleurs, le centre de santé a déjà enregistré son premier cas d’accouchement.. 

En outre,  la Ministre Mariatou Koné a offert des moulins et décortiqueuses aux femmes des localités de Diamakani et de Kouloussan afin de contribuer à leur autonomisation économique. 

 

Publié dans Actualité

La scolarisation de la jeune fille reste un défi dans la Bagoué. Pour hisser la région à un taux satisfaisant, la Ministre Mariatou Koné a entamé tout le week-end pascal, une tournée de sensibilisation à Boundiali et à Tengrela. 

Durant cette période, elle a  exhorté à nouveau  les parents à scolariser leurs filles. A kébi comme à Ganaoni dans le département de Boundiali en passant par Koulousson et Missasso dans le département de Tengrela, la Ministre en charge de la famille a insisté sur la nécessité de scolariser la jeune fille, surtout à ne pas les sortir des salles de classes pour les marier précocement. « Chers parents, chers filleules, vous avez de nombreux modèles de réussite dans la région. Nous sommes la preuve qu’on peut être fille, aller à l’école et réussir. Inscrivez vos enfants à l’école. D’ailleurs le Chef de l’Etat l’a rendu obligatoire parce que c’est surtout important pour  les parents d’avoir des enfants instruits » a-t-elle encouragé. 

Aussi a t’elle fait cas des difficultés rencontrées par les femmes de la région qui sont pour la plupart  commerçantes ou exerçant des activités champêtres. Il leur est parfois difficile de vaquer sereinement à leurs occupations à cause de leurs enfants. Consciente de cette difficulté, la Ministre en charge de la famille a promis la construction prochaine de deux  centres de protection de  la petite enfance (maternelle) qui seront  des garderies.   

Elle a, en outre exhorté les élèves et étudiants à cultiver l’excellence ;  à faire de la région de la Bagoué, une référence  non seulement en matière  de  scolarisation de la jeune fille mais aussi en matière de résultats  et  de réussite aux examens. 

Selon les chiffres du ministère de l’éducation nationale, le taux national du BEPEC 2017 était de 60,08% d’admis contre 59,11% en 2016. Boundiali a raflé la première place avec un taux de 81,20%. Toute chose qui constitue une fierté pour la région de la Bagoué. 

 

Notons que le Professeur Mariatou Koné a procédé à l’inauguration d’une école primaire  de 3 classes avec   logement de l’instituteur. Une initiative de la mutuelle de Missasso, dans le département de Tengrela. 

 

 

Publié dans Actualité